Man = Homme. Interrupting = interrompre, couper la parole. Manterrupting = Homme qui coupe la parole.

La prochaine fois qu’un homme essaiera de vous couper la parole, j’aimerais que vous vous souveniez de cette image.
Kamela Harris en train de dire “I’m speaking” avec son sourire éclatant de vitalité et d’assurance, c’est du pur bonheur.

 

Je me demande même si je ne vais pas la télécharger sur mon iPhone? Et peut-être la brandir comme pass Sésame à la prochaine réunion où je me ferai couper la parole…

Pourquoi est-ce que c’est important d’en parler ?

A la veille d’une élection capitale pour l’avenir de la Démocratie Américaine, il est urgent de faire entendre TOUTES les voix, tous les points de vue. Voici une traduction à ma manière de l’article du TIME  ‘Mr. Vice President, I’m Speaking.’ Ce que la recherche dit à propos des hommes qui interrompent les femmes—Et comment faire pour l’éviter.”

Le feu aux poudres.

Le vice-président Mike Pence a interrompu Kamela Harris, la sénatrice démocrate, dix fois au total au cours du débat de mercredi dernier. Cela représente le double du nombre de fois où Kamela Harris l’a interrompu. Pence s’est également opposé à plusieurs reprises aux tentatives de la modératrice Susan Page de faire respecter sa limite de temps de parole. Dès les premières minutes, les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter. Cela a déclenché un ras le bol de la part des femmes, universel et sans frontières !

Manterrupting : un phénomène frustrant et familier.

En fait, les études confirment que le phénomène est généralisé. De nombreuses femmes qui regardaient le débat ont trouvé la dynamique frustrante et familière. Tali Mendelberg, professeur de Sciences Politiques à Princeton, est l’ auteur de The Silent Sex : Gender, Deliberation, and Institutions, Voici ce qu’elle a déclaré au TIME.

«Les hommes sont souvent socialisés pour afficher leur domination dans des contextes publics à fort enjeu comme les débats et l’interruption est une stratégie de pouvoir. C’est pourquoi les hommes qui interrompent dans un débat peuvent le faire intentionnellement.» Tali Mendelberg 

«Cela semblera familier à de nombreuses femmes qui participent à des réunions avec des hommes qui, souvent, ne partagent pas le temps de parole de manière égale. Dans notre recherche, les groupes entièrement féminins qui discutent politique prennent la parole à tour de rôle et évitent les interruptions négatives. Lorsque vous ajoutez des hommes, ils ont tendance à prendre plus que leur part.”

Que disent les études sur le “manterrupting”?

Les recherches sur les raisons pour lesquelles les hommes interrompent régulièrement les femmes remontent à 1975.

  • Dans une étude menée par Don Zimmerman et Candace West à l’UC Santa Barbara, ils ont découvert que sur 31 conversations mixtes observées, les hommes étaient responsables de 47 des 48 interruptions qui ont eu lieu.
  • Une étude de 2014 de l’Université George Washington a révélé que les hommes étaient 33% plus susceptibles d’interrompre une femme, qu’un autre homme.
  • Et plus récemment, un rapport de 2017 de la Northwestern Pritzker School of Law a montré que les juges de la Cour suprême de sexe masculin interrompent les juges de sexe féminin environ trois fois plus souvent que les autres juges de sexe masculin.

Les trois études notent que ces interruptions peuvent être attribuées à de possibles biais inconscients, qui affectent “ceux que nous pensons être suffisamment puissants ou de statut élevé pour ne pas être interrompus.”

Tali Mendelberg note que dans ses recherches, il y avait une exception à la règle selon laquelle les hommes interrompent et parlent plus que leur juste part: lorsqu’ils perçoivent que les femmes présentes dans la pièce ont le même statut que les hommes. Dans la même logique, les interruptions fréquentes peuvent être lues comme le signe d’un homme qui croit que son statut est plus élevé.

En gros, si vous êtes perçues comme ayant du statut, du pouvoir, de l’influence, on va vous laisser parler et ne pas oser vous interrompre. En revanche, si on estime que vous n’avez pas de “crédit pouvoir” suffisant, bref, si vous ne faites pas le poids, on va allègrement  vous couper la parole.

Comment réagir au manterrupting?

Il y a plusieurs stratégies, des formules qui marchent jusqu’à un certain point. Elles relèvent du bon sens, de l’appel à la courtoisie et la réciprocité dans les échanges. Dans tous les cas, il s’agit de rester polie et ferme dans ses propos. Ici, je voudrais souligner la dimension souvent oubliée du corps.

Cela me semble essentiel quand on parle de prise de parole en public au féminin.

Commençons par celle de Kamala Harris. Elle a réussi le tour de force de rester calme et positive, sans perdre de terrain.

Comment a-t-elle fait?

  • Garder le contact visuel, tout en parlant. Elle a continué à regarder Mike Pence directement droit dans les yeux.
  • Maintenir le niveau d’énergie dans la voix, ne pas faiblir.
  • Ne pas céder à la tentation d’ hausser la voix, avec le risque de monter dans les aigus
  • Avoir une respiration abdominale plutôt que thoracique.
  • Parvenir à conserver une expression du visage détendue, ouverte.
  • Kamala Harris a même du en rajouter et afficher un grand sourire, sans doute pour éviter de tomber dans le stéréotype de la “angry black woman”.
  • Maintenir le niveau d’énergie et d’ouverture dans la posture du corps, dégager ses épaules, ouvrir ses bras.
  • Continuer à respirer calmement, profondément.
  • Garder à l’esprit son intention, impeccable : affirmer sa crédibilité et sa force et convaincre son public.
  • Rester fermement ancrée et centrée, tout en étant souple et flexible dans ses mouvements et l’orientation de son corps.

Faire de son corps un allié dans la prise de parole au féminin

La prise de parole est parfois décrite comme sport de combat. Ou plutôt, comme je l’ai appris avec Wendy Palmer, comme un un aikido de la prise de parole. Un art qui sollicite toutes nos intelligences et qui engage notre corps tout entier. Nous y reviendrons dans un prochain article dédié au Leadership Embodiment appliqué à la prise de parole en public pour les femmes. Je suis convaincue que c’est l’une des meilleures stratégies pour augmenter son impact et sa crédibilité.

Comment combattre le “manterrupting”?

Bien sûr, les femmes ont besoin de développer leurs propres tactiques pour répondre aux interruptions. Mais cela ne suffit pas. Pour vraiment combattre le “manterrupting”, nous devons mettre en lumière les mécanismes inconscients des préjuges sexistes. Et cela doit se produire à un niveau collectif.

 Le «manterrupting» ne peut être corrigé qu’avec une prise de conscience consciente des préjugés sexistes et l’établissement de limites interdisant explicitement l’interruption.

 Jessica Bennett. Auteure de Feminist Fight Club: An Office Survival Manual for a Sexist Workplace,

Pour ce qui est du débat de mercredi dernier, cela signifie qu’il aurait fallu une application plus ferme des règles. A la fois contre l’interruption et aussi pour une meilleure répartition des temps de parole. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire.

En attendant, continuons à partager ce gif de la sénatrice Kamela Harris, combattons le manterrupting, et musclons notre prise de parole !

Pour muscler votre prise de parole joyeusement

inscrivez-vous aux prochaines sessions de la formation Prise de Parole en Public au Féminin. Une formation à la prise de parole en ligne, joyeuse et interactive, pour les femmes créatives qui veulent augmenter leur impact.

Sources

Article du TIME du 9 -10-2020  ‘Mr. Vice President, I’m Speaking.’ Ce que la recherche dit à propos des hommes qui interrompent les femmes—Et comment faire pour l’éviter.”

Pin It on Pinterest